PROGRAMME de cette rencontre exceptionnelle

Ce programme est susceptible de modifications jusqu’au dernier moment. Il sera donc mis à jour régulièrement, merci de le consulter… taper juste « MJL CHAVANAC » sur « Google » ou autre moteur de recherche.

LOGEMENT – Beaucoup de monde et .. peu de places ! / PRÉVOIR VOTRE HÉBERGEMENT AU PLUS TÔT, en Haute Corrèze, sud Creuse ou région du lac de Vassiviere en Haute-Vienne.

LOCALISATION  : Chavanac, se trouve en Haute Corrèze, au cœur du Parc Naturel Régional de Millevaches  à 3 kms  de Millevaches , 12 de Meymac , sur la route D 36 reliant Meymac à Felletin .

Listes et coordonnées de chambres d’hôtes disponibles ici : www.bugeat-sornac.fr et www.tourismemeymac.fr

A proximité (Corrèze : Meymac , Bugeat , Sornac , Ussel , Egletons .., Creuse : Felletin , Aubusson…, Haute Vienne :  Nedde , Eymoutiers , Vassiviere …).

INSCRIPTIONS : elles sont gratuites mais OBLIGATOIRES pour participer aux rencontres.

Inscriptions par mail, téléphone, ou sur place (participation pour les repas et spectacles seulement)

REPAS   de samedi et dimanche MIDI , inscription obligatoire avec participation de 10 euros/repas, des  bénévoles d’une association locale aideront  pour vous servir

                                         

                                          CONTACTS –  secrétariat :  Frédérique

                                            Mail :     contact.mvl.19@gmail.com

                                                             Téléphone : 06 41 86 72 05

Publicités

Bienvenue

MJL CHAVANAC  2015:   Thème et but de la rencontre : Mémoire perdue et retrouvée… 

« MJL Chavanac »  2015 s’inscrit dans la continuité de la première rencontre des 23 et 24 août 2014 .               Mémoires juives en Limousin  avait été l’occasion de témoigner de la présence juive discrète , multi -séculaire  en Limousin , et qui fut une terre d’accueil et de refuge importante pour les juifs pendant la deuxième guerre mondiale .                                                                        

Le 70° anniversaire de la libération en 1944 puis de la victoire  en 1945 et le retour des rescapés des camps d’extermination nazis sont une occasion unique de passage de la mémoire ,de réflexion pour notre temps et de sens pour l’avenir .

70 ANS APRES CES ÉVÉNEMENTS….. 

La rencontre avec  les derniers témoins qui s’en vont , et une actualité brûlante qui nous demande une écoute particulière de leurs témoignages de vie  …

La présence d’historiens référents et la richesse d’un long travail ,le défi d’une synthèse de  trés nombreux travaux ,livres et documents pour être accessible à tous …  .

La mémoire enfouie et retrouvée qui nous parle aujourd’hui ,dans un lieu spécial ..

font de cette rencontre un rendez vous exceptionnel .

Nous voulons ces rencontres , simples , conviviales pleine d’échanges et de témoignages , avec le défi de présenter simplement des événements complexes  , pour etre des passeurs .

L’importance de la population juive réfugiée en Limousin dés 1939 en particulier D’ALSACE  , l’organisation remarquable d’une communauté  à Limoges sous l’égide plusieurs rabbins dont le rabbin DEUTSCH , l’accueil de juifs étrangers, les enfants accuellis dans des lieux de refuge (Ose et autres initiatives ), l’importance de la résistance  , mais aussi les rafles de 1942 à 1944 organisées par le régime de ViCHY et le régime Nazi, les exactions commises par les allemands (divisions Brehmer , Das Reich , ont fait du Limousin une région majeure et symbolique pour l’histoire et le souvenir de cette période .

Mais déjà avant la guerre , le Limousin fut  une étape pour les victimes du nazisme montant , en Allemagne et Autriche  ,sans parler des réfugiés des pays de l’est fuyant le régime stalinien .

Dans les années trente , en effet, ces « juifs étrangers  » dans leur fuite des persécutions sont venus préparer pour beaucoup leur retour en Palestine sous mandat britannique .                                                                                      Ils firent étape par la ferme -école  kibboutz « Machar » de Jugeals Nazareth en basse Corrèze , entre Brive et Turenne .

 

Ce colloque va rassembler des universitaires ,des historiens, des témoins réfugiés , des rescapés des camps ,des résistants ,des auteurs d’ouvrages , des réalisateurs de film , les expositions de L’ONAC avec le mémorial de la Shoah  et du musée Michelet de Brive sur la déportation et le retour des rescapés de la mort , des artistes , des concerts et spectacles très imprégnés de ces événements .

La complémentarité et l’association de ces différentes perspectives  au coeur de ce drame vécu ensemble  , limousins et réfugiés ,juifs depuis les lois de Vichy et autres  , religieux ou non croyants , gaullistes , communistes , ou ..donnent un relief et un intérêt particulier  à cette rencontre dans le contexte apaisé ou l’histoire va prendre le relais …                         

Il y a urgence d’écouter ceux qui peuvent encore témoigner:

Devoir de mémoire : 70 ans représente une date symbolique importante pour la présence de derniers témoins vivants avant que l’histoire et de nouvelles générations ne viennent revoir ou oublier  ces faits . Les jeunes des familles concernés , les jeunes de la région sont ces futurs récipiendaires …pouvant encore écouter les témoins ….

L’intensité de cette guerre et la tragédie aux répercussions universelles  et anthropologiques de la shoah font résonner encore plus fort ces témoignages, comme tournant de notre civilisation.

Programme

_____________________________________________________________                                

                                Vendredi 4 Septembre  

                   CHAVANAC  (Salle des fêtes et tentes )

     9 heures -18 heures : Accueil et inscriptions (gratuites mais obligatoires)

 

  ET  TOUT AU LONG DE CES RENCONTRES :

     .Expositions  (ONAC et Musée Michelet) à visiter tout au long de ces trois jours 

    .Stand Librairie : avec des ouvrages sélectionnés, la présence d’éditeurs et des séances de dédicaces par plusieurs auteurs, conférenciers, ou invités au cours de ces trois jours.

    .Films et courts métrages de témoignages, d’archives sur cette période –   P. Goetschel-

 Sélection de films  avec des témoins, des réalisateurs… projets de films en cours de réalisation …

    .Art et souvenir : de nombreux artistes sont passés par le Limousin 

 Vendredi 4 septembre après midi et soirée

BUGEAT    (Municipalité, associations, familles des réfugiés et déportés juifs)

15 h Accueil des familles

16 h Rencontre: souvenir d’un Jeudi Saint 1944 (à la salle des fêtes) 

18 h Un concert pour Haim: le retour du violon 70 ans après en l’église de Bugeat

Concert de  mémoire, en présence des familles avec le violon restauré en Israel de Haim Rozent par Elina Kupermann, premier violon de l’orchestre du Limousin avec un orchestre de chambre.

  • HAIM ROZENT, violoniste, réfugié à Bugeat avec sa famille, raflé, fusillé ce même « jeudi saint » 1944 (titre du livre de Jean-Marie BORZEIX où il relate ces événements)

 

 ______________________________________________________________                                

                                  Samedi 5 Septembre

                      CHAVANAC salle des fêtes et tentes

Matinée

9h: Inauguration du colloque et introduction : la présence juive, les drames spécifiques parce-que nés juifs, un passage en pleine tourmente dans le Limousin terre d’accueil et de passage. Reconstruire après la Shoah, le défi d’un projet de vie après l’impensable …

Judaïsme en Limousin avant la 2e guerre mondiale 

                 9h15-10h30        Une présence juive ancienne et discrète en Limousin :

– Pascal PLAS  et Pascal TEXIER (Professeurs département d’Histoire et droit Université de Limoges). Un résumé de la présence juive à travers des travaux et publications ainsi que des recherches récentes de la période médiévale à la révolution française, de l’affaire Dreyfus à la grande période de refuge pendant la seconde guerre mondiale.                                                                     

                  11h-12h30        –  Un kibboutz à Jugeals-Nazareth, La ferme-école « Machar » lieu de refuge et de formation pour les réfugies fuyant le nazisme  (1933 1935).                                                                                                  

Histoire et témoignages d’archives et des descendants de ceux qui passèrent par la CORREZE                            

 – ANNE GRYNBERG (sous RESEVE )(Professeur Paris Sorbonne et chercheur judaïsme contemporain, auteur de l’article Un kibboutz en Corrèze 1933- 1935 )   A écrit l’article de référence sur le kibboutz MACHAR , paru dans les cahiers du judaisme n°30 pp89-104 -editions l’éclat ,   

Le travail d’ A .  GRYNBERG   sera presentée par Nathalie ROUSSARIE , doctorante en histoire,ayant travaillé sur la situation des réfugiés (en particulier juifs ) en France et en limousin dans les années trente et également sur le Kibboutz Machar  .                                     

– NOAM  RACHMILEVITCH, archiviste au kibboutz -musée Lohemei Hagethaot, près de Haifa en Israël, nous parlera de la vie de son grand père et de ses amis qui passèrent par la Corrèze avant de rejoindre les kibboutz en Palestine sous mandat, vécurent la 2° guerre, la fondation de l’état d’ Israël. Le devenir de ceux passés par la Corrèze : témoignages et documents originaux sur son grand pére  » , ainsi que   d’autes membres des familles également présentes .                                           

  – Maxime Ouanounou J Sberro …  ou comment faire vivre la mémoire de ce lieu.

                                       PAUSE  – REPAS sous la tente

             après midi 14 h_18h 30  :  « Mémoire perdue et retrouvée »… des juifs en Limousin pendant la deuxième guerre mondiale

                     Les juifs en Limousin pendant la seconde guerre mondiale

                     lieu d’accueil et de refuge, de résistance et de rafles

14h -14h45    La dispersion des juifs à la campagne …et la solidarité des petits gestes

           –  Jacques SEMELIN  (Pr des Universités et Sciences Po Paris )

               Suite à la publication de son ouvrage de référence Persécutions et entraides dans la France occupé (Seuil-les Arènes, 2013), Jacques Semelin nous présentera  l’extrême diversité et complexité des situations, des rencontres, des réseaux informels ou plus ou moins structurés et des lieux  souvent les plus reculés, et surtout des petits gestes qui ont permis la survie des trois-quarts des juifs de France.

Le centre de la France et en particulier le Limousin est emblématique de la réalité d’actions multiples qui ont permis a beaucoup d’échapper aux rafles.

14h45/16h   Les enfants juifs cachés en Limousin pendant la 2°guerre.

L’OSE, son histoire, les structures d’accueils des enfants juifs, nombreuses en Limousin pendant la deuxième guerre                                                                                                                                                                                        –  Katy HAZAN (agrégée d’histoire et responsable des archives de l’OSE, auteur du récent ouvrage Rire le jour, pleurer la nuit).

–  Le refuge creusois des enfants de VENCE (1943 – 1944) – Pascal PLAS (Professeur d’histoire et des conflits, Université de Limoges)

– Les autres structures ou initiatives d’aide aux enfants, où seront évoquées les différents réseaux (scoutisme,institutions religieuses ou sanitaires et sociales) qui ont aidé à cacher et sauver des enfants.

 

 17h/17h45  Refuge et persécutions de juifs en limousin 1940 -1944 : essai / au risque d’une synthèse.

 Jean-Michel VALADE, enseignant ,agrégé d’histoire, auteur de nombreux ouvrages en particulier sur le Limousin nous présentera cette synthèse .                                                                                      

Au risque  oui ,car après 70 années, dont beaucoup dans un profond  silence, puis la parution de nombreux travaux, ouvrages, témoignages, un survol chronologique et thématique passionnant s’imposait pour expliquer ..à mon neveu , ce qui s’est passé au cours de ces 4 années de guerre, ici en Limousin:

 le régime de Vichy ,la résistance , et la spécificité de ce plan d’extermination nazi , » la solution finale » qui a engendré  la shoah , marquant a jamais  notre humanité ,avec des événements jusqu’au fond de nos villes et villages .             

 Cette présentation n’est , bien sur , qu’une porte d’entrée pour un sujet aussi vaste qui prend ,avec le recul ,l’espace d’un champ de mémoire et de recherche très précieux pour l’avenir . Il inscrit la reconnaissance  de ces événements dans  l’histoire , et révèle  l’énorme défi de les transmettre .     

 

 Seront évoqués : le statut des juifs , les lois (40-41) , les lieux de résidence ou refuge, les camps, types et lieux, les principales rafles et exactions (chronologie, lieux et responsables, Vichy, les divisons allemandes Brehmer, Das Reich).

 

 

18h/19h   Camps de travail (GTE) et faits de résistance

– Guy PERLIER  et André PANCZER feront un rappel de ces camps oubliés, camps de travail (GTE, Groupes de Travailleurs Étrangers) sous la responsabilité des Eaux et Forêts – gouvernement de Vichy, comme celui oublié de Soudeilles en Corrèze.

Guy PERLIER (enseignant agrégé d’histoire) a consacré plusieurs ouvrages sur ce thème des camps avec un travail de recensement. Paul et Mouny ESTRADE ont également co-écrit  sur ce camp des juifs oubliés de Soudeilles (3° édition par Les Monédieres de l’ouvrage préfacé par Serge Klarsfeld).                                               Certains à travers des faits d’armes participèrent à la libération du Limousin dans le cadre des opérations de résistance.  André Panczer nous parlera en particulier du GTE de Neuvic.

  

Soirée à  EYMOUTIERS – Haute Vienne, Salle des fêtes, 21h

 » Un enfant de la Corrèze », Ben ZIMET et coll présente dans ce spectacle son témoignage d’un enfant de 8 ans caché avec sa famille en Haute Corrèze, à Maussac et Saint Setiers.

(Ben ZIMET donnera également ce spectacle à Vassiviere, Meymac, Saint-Setiers… détails ici)

Enf_Correze_Paris  

   ______________________________________________________________                         

    Dimanche 6 Septembre :                                                                               TEMOINS ,VICTIMES ET ACTEURS                                                                        DANS CES EVENEMENTS

Matinée

Dans la tourmente, épreuves et renaissance 

en MÉMOIRE DU PROFESSEUR B .GROSS

En effet le Professeur Benjamin GROSS   qui devait etre parmi nous  comme grand témoin, vient de nous quitter le 3 AOUT, il est décédé à JERUSALEM . Il lui a été rendu  un hommage unanime . Ce grand homme , simple et lumineux ,fut un philosophe , penseur et universitaire qui laisse un héritage d’une exceptionnelle vision ,qualité et profondeur dans le renouveau du judaisme apres la tourmente de la guerre et la shoah, vécue en Limousin

Georges LEVY, journaliste, neveu du rabbin Deutsch nous avait permis de le rencontrer (Georges qui tenait à temoigner , sera éloigné de nous pour une raison médicale urgente) 

Nous avions pu recueilli  en Décembre dernier a Jerusalem le témoignage ou BENO GROSS parlait de son passage refuge a LIMOGES , du PSIL et de cette période qui  a bouleversé sa vie et marqué a jamais son oeuvre

CE TÉMOIGNAGE SERA LU ACCOMPAGNE D’UNE VIDEO EN MEMOIRE DE CE GEANT DU JUDAÏSME

Réfugié d’Alsace à Limoges en 1940, « Beno » Gross  a 14 ans. Alors que son père est prisonnier de guerre en Allemagne, il découvre la nouvelle communauté juive de Limoges. Il bénéficie des cours du  PSIL (Petit Séminaire Israélite de Limoges), la seule école  (lycée  juif ) clandestine QUI PUT FONCTIONNER  en France  pendant la guerre .Il participe aux  éclaireurs et à la mise en place d’un réseau de solidarité autour du Rabbin Deutsch. Fuyant à Saint-Etienne puis Lyon où il étudiera la philosophie avant de retourner en Alsace, il devient en Israël Professeur d’Université et conférencier, auteur de nombreux ouvrages et très connu en France pour ses nombreuses conférences et émissions télévisées  « La source de vie  » avec Josy Eisenberg. Il a été l’un des pionniers, après le traumatisme de la Shoah, qui ont redonné au judaïsme par le renouvellement de  l’enseignement, de la philosophie et de la recherche, un dynamisme et une renaissance répondant au défi de la modernité après la guerre.

Evocation d’ André Neher (1914 -1988),un jeune professeur d’allemand réfugié à Brive-la-Gaillarde puis avec toute sa famille à  Lanteuil. Une transformation dans la tourmente : naissance d’un des plus grands penseurs et philosophes juifs après guerre. De l’expulsion du lycée Cabanis de Brive au miracle de « Mahanayim » à Lanteuil ou encerclé par Das REICH , ils échappent à la mort                 le Dr Michel Rothe (Jérusalem) auteur du trés remarquable site sur le judaïsme alsacien , nous parlera de la vie et l’œuvre de ce couple d’exception, André et Renée Neher,  (le grand père de Renée NEHER , vint d’Alsace à Guéret où il fut en 1830 le seul juif de la Creuse!).Une vidéo de sa nièce ,réalisée pour ce colloque ,et des documents d’archives seront présentés .

Edmond Michelet, un des « Justes » à Brive-la-Gaillarde, chrétien, résistant, déporté à Dachau, ministre gaulliste. Edmond Michelet une figure emblématique. Avec la participation d’historiens, de sa famille, et Amis de la fraternité Edmond Michelet (avec Le concours de la Ville de Brive et du Musée Edmond Michelet).

GILBERT BEAUBATIE  historien , collaborateur du musée Michelet et directeur de la revue « Fidélité « de la fraternité Edmond Michelet , présentera la réflexion et l’action d’E Michelet , juste parmi les nations .

Madame Genevieve REY , fille d’edmond MICHELET , donnera le témoignage vivant de l’engagement de son père , de ses parents dans l’aide au refuge des juifs et des contacts avec la communauté

Madame Agnes BROT , petite fille d’Edmond Michelet et auteur du livre « a la recherche d’Edmond Michelet »

sernt entre autre évoqués

 – Sauvetage des juifs dans le pays de Brive et à Aubazine                                                                                           – Retour de déportation (Dachau), le spectre de la Shoah                                                                                                      – Ses liens et amitiés avec le monde Juif avant la guerre, avec la communauté de Brive, et après la guerre, Ministre ami de Ben , de Chagall.

                                                     PAUSE     REPAS

                                               Après-midi  14 h 30 – 17 h

                   AFIN DE NE PAS OUBLIER …..                                                                      témoignages et réflexions pour demain

Réfléchir à l’enseignement de l’histoire pour notre temps et surtout  écouter ces témoins qui peuvent -encore- apporter un précieux témoignage. Leur vie quotidienne et leur vécu au sein de cette tempête, leurs souffrances, la résilience et la force de reconstruire après, le courage de partager. Carrefours autour du thème de la transmission : bien plus que commémorer 70 ans après, écouter et réfléchir sur la portée immense de ces événements qui restent au cœur de l’actualité.

Florence TAUBMANN (pasteur et présidente d’honneur des Amitiés Judéo Chrétiennes) nous aidera dans cette démarche en apportant des pistes de réflexions autour de ces témoignages et leur importance .

En particulier dans la vision du judaisme aprés guerre et les relations entre juifs et chrétiens remises en question et

bouleversés par ces événements fruit de siècles de séparation, de  rejet et d’antisémitisme .

Témoignages  et tables rondes :

APRES MIDI OUVERTE AUX PAROLES DES  TÉMOINS

        –  Colette Zeif : sauvée avec sa sœur de la rafle du Vel d’hiv le 16 juillet 1944  par leur mère, morte en déportation, puis orphelines réfugiées en Haute Vienne.                                                                                          

       –   Ben ZIMET réfugié enfant avec sa famille à Maussac et Saint-Setiers, sauvé par sa mère qui les arracha de l’école de Maussac juste avant la rafle de Meymac. il interprétera egalement certaines de ses oeuvres ;

       –   Maurice Wajdenfeld  déporté  à l’âge de 6 ans de Meymac à Drancy.        Arrété avec sa famille dans la rafle du 16 avril 1944 à Meymac, il évoque le souvenir précis de son arrestation, de la prison de Limoges, Drancy… Son père, le Dr WAJDENFELD, un des seuls survivants, lutta pour la mémoire de cette rafle avant la création d’une association.

       –  Survivants de la rafle d’Eymoutiers – Châteauneuf la foret, d’un ou deux enfants des seuls rescapés.

        – Rafle de Bugeat, ce « Jeudi saint  » de 1944. Témoignages des familles de déportés vers Limoges Drancy Auschwitz, ce même jour où le violoniste Haim ROZENT fut tué par les allemands (concert en leur mémoire le vendredi 4 septembre à Bugeat avec le violon restauré en Israël de Haim).

       AUTRES TEMOIGNAGES …

 17heures  SYNTHÈSE ET CONCLUSION

Concerts – Spectacles

Enf_Correze_Paris

29 juillet 2015 : Saint-Setiers, Église
21 Août 2015 : Meymac, abbatiale
28 Août 2015 : Vassivière
5 septembre 2015 : Eymoutiers, salle des fêtes, 21h*
6 septembre 2015 : Chavanac, salle des fêtes, après-midi (extraits du spectacle en alternance avec les témoignages)*
13 Septembre 2015 : Paris, Mémorial de la Shoah, 14h30
* Représentations dans le cadre des journées Mémoires juives en Limousin

Expos – Librairie – Documents

De la découverte des camps au retour des déportés

Du 30  mars au 30 mai 2015

Une exposition réalisée par le Mémorial de la Shoah pour le 70e anniversaire de la libération des camps de concentration nazis.

Janvier 1945. Devant l’avancée des troupes soviétiques, les nazis organisent l’évacuation vers l’ouest de plusieurs centaines de milliers de détenus des camps de concentration, dont beaucoup périssent lors de « marches de la mort ». Trois mois plus tard, en libérant les camps situés sur le territoire allemand, les Alliés découvrent avec effroi la réalité de l’univers concentrationnaire nazi. C’est un choc : des noms comme Dachau, Mauthausen, Buchenwald, deviennent synonymes d’horreur, et les images de cadavres amoncelés et de corps décharnés ébranlent les opinions publiques. Brutalement se révèle la nature d’un système de terreur et de déshumanisation, avant que ne se dévoile progressivement la spécificité de l’extermination des Juifs d’Europe, symbolisée par le camp  d’Auschwitz-Birkenau.

En s’appuyant sur une riche iconographie et de nombreux témoignages de survivants, l’exposition retrace la libération des camps dans son épaisseur historique : les derniers mois de la mise en œuvre de la « Solution finale » contre les Juifs, la liquidation et l’évacuation des camps de l’Est devant l’avancée des troupes soviétiques, la découverte des camps de l’Ouest par les Alliés au printemps 1945, le rapatriement des déportés et les tentatives de reconstruction après la guerre. 

Avec le soutien de la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives et de la délégation de la Corrèze de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre.

affiche michelet